Sources de la sophrologie



Le mot sophrologie fut créé en 1960 par le Professeur Alfonso CAYCEDO, neuropsychiatre Colombien Espagnol à partir des racines grecques SOS, harmonie – PHREN, esprit – LOGOS, science pour désigner une école scientifique conçue pour l’étude de la conscience et des valeurs de l’existence de l’Homme.Pour bien qualifier sa technique et la différencier des pratiques qui se sont développées de façon parfois désordonnée sous le nom de « Sophrologie » devenu générique, le Dr Caycedo dépose en 1992 le terme de « Sophrologie caycédienne ».

Lorsque le Pr Caycedo fait ses débuts dans l’exercice de la psychiatrie à l’hôpital de Madrid, il y est profondément marqué par les méthodes de traitement brutales utilisées sans mesurer les effets négatifs (électrochocs, comas insuliniques, etc.). C’est à partir de là qu’il décide de se consacrer à l’étude de la conscience et à la recherche d’autres formes de thérapie en psychiatrie. Il étudie l’hypnose et les techniques de relaxation (l’entraînement autogène de Schultz, relaxation de Jacobson). Il part en Suisse où il collabore avec le Pr Binswanger, le père de la psychiatrie phénoménologique qui l’initie à la phénoménologie existentielle. Ce qui constituera une des grandes racines de la sophrologie. Il s’inspirera également des deux années passées en Orient où il s’initie au yoga, au bouddhisme tibétain et au zen japonais et de leurs techniques fondamentales pour poser les bases de la méthode. En ce sens, la sophrologie est comme un pont entre l’Orient et l’Occident et dispose de principes qui lui sont propres et originaux .


Initialement destinée au domaine médical, la sophrologie se pratique aujourd’hui dans le domaine prophylactique, social, pédagogique, sportif...

L'intérêt réside dans la re-découverte du monde comme si c’était la première fois, avec un nouveau regard, à revenir aux choses telles qu’elles sont et non telles que nous voudrions qu’elles soient avec notre mental, sans jugement, ni interprétation.
Ce n’est en effet qu’à partir de cette attitude que nous pouvons découvrir le sens des événements qui se produisent dans notre vie et ainsi adopter une position plus juste, comme si nous nous laissions imprégner de l’expérience dans ce qu’elle a à nous dire.